Paul Madonna, la beauté de l’ordinaire

De succès en succès, d’exposition en exposition, l’association William Blake se dessine une réputation bien au-delà du département. Après le succès de sa dernière exposition autour de la caricature, place à la finesse artistique de Paul Madonna.

André Furlan a toujours cette euphorie de la culture, cette ivresse des héritages et du savoir. Pendant des heures, le président de l’association William Blake loue l’art comme on parle d’amour. Et si la structure a tant gagné en réputation, c’est avant tout grâce au travail pharaonique des bénévoles.

Créée en juin 2013 à l’initiative d’André Furlan, et reconnue d’intérêt général un an plus tard, l’association William Blake a toujours eu pour objectif la diffusion de l’art sous toutes ses formes et sa transmission au plus grand nombre. Elle attire un large public aussi bien écoliers, collégiens, lycéens qu’amateurs d’art, curieux et spécialistes avertis.

 

Grâce à des collections privées confiées gracieusement à l’association, des expositions d’œuvres originales de maîtres anciens et d’artistes contemporains ont pu être organisées. Ainsi en 2014, l’exposition consacrée à William Blake à Nérac a accueilli plus de 5 000 visiteurs venus des quatre coins du monde. Quelques mois plus tard au château du moulin des Tours à Barbaste, ce sera 80 œuvres originales de l’artiste Alphonse Legros qui seront présentées : dessins, aquarelles, gravures, peintures… Du 15 juillet au 18 septembre 2016, l’exposition «Deux siècles d’art» à la médiathèque de Lavardac a abrité 45 œuvres de nombreux artistes : Dali, Picasso, Toulouse-Lautrec, Renoir…

Paul Madonna, «la poésie au bout des doigts»

Cette fois, c’est l’artiste à la renommée internationale, Paul Madonna, qui sera à l’honneur. Ce ne sont pas moins de 70 œuvres de sa main qui seront exposées du 1er juin au 30 août prochains à la médiathèque de Lavardac. Peintures, dessins et gravures des débuts et milieu de carrière de cet artiste seront dévoilés au public ainsi qu’une trentaine d’œuvres originales récentes. Une chance pour l’Albret qui fera très certainement l’objet de quelques dessins lors de la venue de Paul Madonna pour une durée d’un mois.

Admirateur des premières heures, André Furlan n’a pas voulu exposer Paul Madonna par hasard. «Il a de la poésie au bout des doigts. Il sait sublimer des petites choses à côté desquelles nous passons sans faire attention».

De ses dessins, Paul Madonna dévie parfois vers un style plus pop art. «Il a ce côté illustrateur qui rappelle la culture américaine et ça me plaît beaucoup aussi», ajoute le fondateur de l’association.

Un talent qui n’est pourtant pas monté à la tête de l’artiste. «Il a toujours su rester le même : modeste, simple… Il mérite son succès».

Outre cette exposition qui s’apparentera à une rétrospective de sa vie artistique, viendront s’ajouter plusieurs manifestations telles que des conférences. À cette occasion, deux écrans haute définition 3D permettront de mettre en parallèle la technique de gravure de William Blake et celle de Paul Madonna afin de montrer au public leurs différences.

André Vergez et Nadège El Ghomari

Publié le 23/04/2018  La dépêche

Hits: 299