VANDALISME : «ON A ATTAQUÉ LA LIBERTÉ D’EXPRESSION»

Triste spectacle que ces lambeaux de banderoles qui pendent aux grilles.../ Photo DDM, N.E
Triste spectacle que ces lambeaux de banderoles qui pendent aux grilles…/ Photo DDM, N.E

Triste vue qui s’offre aux Néracais avenue Maréchal Foch. Le long des grilles, des lambeaux de banderoles pendent lamentablement. Dans la nuit de jeudi à vendredi, des personnes encore non-identifiées ont lacéré les bâches annonçant l’exposition Honoré Daumier qui trône à l’intérieur de l’ancienne sous-préfecture depuis un peu plus d’un mois. Des œuvres qui dérangent ? C’est ce que pense le président de l’association William Blake France, André Furlan : «Pour moi on a attaqué la liberté d’expression.»

 Un acte de vandalisme auquel l’association n’a encore jamais eu affaire jusqu’à aujourd’hui. Mais il faut croire que le sort s’acharne sur William Blake France puisque l’association avait déjà été victime d’un piratage informatique de leur site au début du mois de juillet. «On fait beaucoup de promotion sur la liberté d’expression, la presse, les droits, la lutte, les gens qui se battent pour respecter nos droits. Et ça ne plaît pas», analyse André Furlan.

«La caricature dérange»

Charlie Hebdo en est le symbole le plus fort dans l’esprit des Français, la caricature fait les frais depuis plusieurs années de bien des attaques. «La caricature dérange parce qu’elle cible que ce soit les hommes politiques, les pays, les religions ou les personnalités… Elle déforme, elle montre et elle exagère. Et au fond elle touche beaucoup de gens, on ne l’oublie pas. Un article on le lit puis le lendemain on passe à autre chose, une caricature ça reste dans les esprits», ajoute le président de l’association.

Par chance, les vandales se sont contentés d’abîmer les bâches. Aucune œuvre n’a été détériorée ou volée. «On est inquiet et c’est normal. On a des responsabilités et puis surtout on a que des originaux ici. Il y a des œuvres rares au monde. Mais la culture c’est une force et on ne laissera pas tomber», affirme André Furlan.

Le dépôt de plainte a déjà été fait.et la police enquête actuellement sur les auteurs de l’acte de vandalisme.

L’exposition qui met à l’honneur l’art de la caricature et de la liberté d’expression se poursuivra jusqu’au 31 août comme prévu. Un hommage aux journaux satiriques français du XXe et XXIe siècles sera également visible à l’ancienne sous-préfecture à partir du 12 août.

La Dépêche