L’association William Blake prépare sa nouvelle exposition

Vendredi dernier, à la salle des écuyers, à Nérac, l’association William Blake France a tenu son assemblée générale, présidée par André Furlan. Devant l’assemblée venue en nombre, le président a fait état d’une année riche en activités dont l’exposition Paul Madonna a constitué sans nul doute un moment fort de l’année. «Cette expo a permis de présenter plus de 70 œuvres originales, peintures, dessins, ou gravures, une rétrospective de la carrière artistique de l’artiste, de ses débuts à aujourd’hui. Cette exposition est un grand succès, près de 3 000 personnes sont venues admirer le travail de Paul Madonna, un public varié, locaux, touristes, scolaires, habitants des départements limitrophes, bordelais ou toulousains. Devant ce vif succès, l’exposition a été prolongée jusqu’au dimanche 16 septembre.»

Le réexamen des statuts de l’ association et du règlement intérieur a été ensuite effectué, suivi de la dissolution du CA, pour être ensuite renouvelé entièrement, chaque membre se présentant à l’assemblée. Philippe Barrère, maire de Lavardac fait donc partie des membres de l’asso : «Sensible à l’art et au succès de l’exposition organisée à Lavardac, je vous rejoins pour apporter mes compétences d’élu.»

André Furlan a fait état de dépenses importantes engagées lors de l’exposition Paul Madonna : «Nous avons réussi à équilibrer nos dépenses car nous avons bénéficié de subventions, l’accueil à Lavardac, nous a beaucoup aidés aussi.»

Expo à venir…

Pour 2019, du 1er juin au 26 juillet, une nouvelle exposition est déjà programmée. Elle sera hébergée à la salle des Ecuyers, sous le château Henri IV, à Nérac. C’est l’artiste Christian de Cambiaire qui sera exposé, du lundi au vendredi, de 11 heures à 19 heures, et le week-end, de 10 heures à 20 heures. L’artiste a fait des études supérieures à Toulouse (diplômé de Sciences Politiques), puis a bifurqué vers la création artistique à la suite de la révélation, dans les années 50, de l’abstraction américaine et de l’art informel qui influencèrent ses premiers travaux non-figuratifs.

Pourtant, sa démarche peut se caractériser comme un lent processus de dégagement de cette influence initiale. À cette fin, vers 1960, pour «structurer l’informel», il utilise des procédures répétitives par superposition de grilles calligraphiques et commence à prendre ses distances par rapport à un certain subjectivisme pictural par l’utilisation de l’aérographe.

À partir de 1983, il dirige sa pratique vers des solutions plus radicales, en substituant au concept de composition, de nature heuristique, celui de distribution algorithmique, où l’intervention du sujet est déplacée du domaine des réactions esthétiques immédiates vers celui, plus distancé, de la mise au point et de l’application de systèmes générateurs de l’œuvre. Dans cette optique, qui est celle d’une autonomisation de l’image, enjeu majeur de notre modernité, il utilise, depuis 1990, un programme informatique original, créé à partir de sa propre thématique formelle.

Avec les œuvres exposées, il y aura la présence des sculptures de Marcel Rossi, autre artiste de la région. L’entrée sera à 5 €, gratuit jusqu’à 16 ans.

Contacts : Association William Blake France – Tiffon – 47600 Nérac. 06 76 33 10 51- andre.furlan@williamblake.fr.

Hits: 159